ABANE Ramdane

عبان رمضان

Considéré comme le dirigeant le plus politique du FLN, il est surnommé « l'architecte de la guerre de libération ».

Abane 2

Responsabilités politiques

Organisation du FLN
Organisation du FLN

  • Libéré le 19 janvier 1955 de la prison d'El Harrach
  • Après la sortie de la prison les dirigeants de la zone III (Kabylie, future wilaya III historique), Ouamrane,  prennent contact avec lui le , alors qu'il est assigné à résidence à Azouza.
  • Après quelques jours passés auprès de sa mère paralysée, il quitte Azouza, entre en clandestinité et prend en charge la direction politique de la capitale.
  • Sa première mission consistait à la réorganisation de la zone algéroise, en tant que conseiller politique de la zone désigné par Krim Belkacem 
  • Son appel du 1er à l'union et à l'engagement du peuple algérien signe l'acte de naissance d'un véritable Front de libération et son émergence en tant que mouvement national. 
  • Il obtient une grande influence dans la direction intérieure installée à Alger.
  • Grâce à son remarquable intellect politique, il y laisse son emprunte
  • Chargé des questions d'animation de la « Révolution » au niveau national en assurant la coordination inter-wilayas, il anime également la liaison avec la Délégation extérieure du FLN établie au Caire, les fédérations de France, de Tunisie et du Maroc. Il a ainsi la haute main sur toutes les grandes questions d'ordre interne et international.
  • Il se consacre également à organiser et à rationaliser la lutte, et à rassembler toutes les forces politiques algériennes au sein du FLN pour donner à la « révolution » du 1er novembre la dimension d'un grand mouvement de résistance nationale.
  • Il a réussis à faire rallier l'UDMA de Frahat ABBAS, les Oulémas, le PCA
  • Secondé par Benyoucef Benkhedda, il impulse la création d'El Moudjahid, le journal clandestin de la Révolution, qui prend la suite de Résistance algérienne, ainsi que de l'hymne national algérien Kassaman (en contactant lui-même le poète Moufdi Zakaria).
  • Il appuie la naissance des organisations syndicales ouvrière (UGTA), commerçante (UGCA) et estudiantine (UGEMA), qui deviendront, elles aussi, un terreau pour la rébellion.
  • Il s'efforce également de détruire les organisations concurrentes au FLN comme l'Union syndicale des travailleurs algériens (USTA) en envoyant en France Rabah Bouaziz pour cette mission.
Structuration de la guerre de libération
Structuration de la guerre de libération

Organisation du Congrès de la Soummam

  • Il met en chantier et supervise la rédaction d'une base doctrinale destinée à compléter et à affiner les objectifs contenus dans la Proclamation du ppuyé par Larbi Ben M'hidi, il fait adopter une plate forme idéologique et une formule de direction : primauté de l'intérieur sur l'extérieur et du politique sur le militaire 
    • Adoption d'un statut pour l'armée de libération nationale (ALN) devant se soumettre aux « lois de la guerre », et surtout, devenir une plate-forme politique dans laquelle est affirmée la « primauté du politique sur le militaire et de l'intérieur sur l'extérieur ».
    • Critiquant la violence sans limite des militaires, il fait adopter par le Congrès des consignes très fermes : aucun officier, quel que soit son grade, n’a plus le droit de prononcer une condamnation à mort.
    • Les tribunaux à l’échelle secteur et zone seront chargés de juger les civils et les militaires.
    • L’égorgement est formellement interdit à l’avenir, les condamnés à mort seront fusillés. L’accusé a le droit de choisir une défense. La mutilation est formellement interdite, quelles qu’en soient les raisons que l’on puisse alléguer.
    • Les prisonniers de guerre: il est formellement interdit d’exécuter les prisonniers de guerre.
    • A l’avenir un service des prisonniers de guerre sera créé dans chaque wilaya ; il aura surtout pour tâche de populariser la justesse de notre lutte »

      Il est désigné comme l'un des 5 membres d'un directoire politique national, le Comité de coordination et d'exécution (CCE), chargés de coordonner la « Révolution » et d'exécuter les directives de son conseil national (CNRA) créé à cet effet.

Membre du CCE

  • Désigné comme l'un des 5 membres d'un directoire politique national, le Comité de coordination et d'exécution (CCE), chargés de coordonner la « Révolution » et d'exécuter les directives de son conseil national (CNRA) créé à cet effet.

Bataille d'Alger 

  • C'est Abane Ramdane qui décide avec Larbi Ben M'Hidiet Yacef Saâdi de déclencher la bataille d'Alger, durant laquelle, chargé avec Ben M'hidi de superviser l'action militaire, il coordonne l'action et la propagande politiques en direction de la population algérienne.
  • En , après l'arrestation et l'assassinat de Ben M'hidi, et la traque de Yacef Saadi, les réseaux FLN à Alger, combattus par la 10e division parachutiste du général Massu, s'effondrent.
  • Abane avec les trois autres membres du CCE doivent alors quitter la ville.
  • Il en sort affaiblit et isolé de la bataille d'Alger 
Assassinat
Assassinat

Abane Ramdane est mort assassiné le 24 ou le 

Archives

Vidéothèque

Références bibliographiques

المراجع الببليوغرافية

Publications du même thème

© 2019, Prisma All Rights Reserved.

Print Friendly, PDF & Email